Club belge du Coton de Tuléar - U.R.C.S.H. 857

Begische Club van de Coton de Tuléar - K.K.U.S.H. 857

Accueil

Dans la série "ne vous fiez pas aux apparences", voici un adorable petit diable, tout de blanc vêtu, qui affiche des airs d'angelot et qui ressemble à s'y méprendre à un Bichon. Mais ce n'est pas un Bichon. C'est un Coton de Tuléar.

Et le Coton, c'est mignon et c'est... coton !
Coton de Tuléar

L'histoire des races canines est souvent empreinte d'un parfum poivré d'exotisme et d'aventure. Celle du Coton de Tuléar n'échappe pas à la règle dans la mesure où elle le fait naître à Madagascar, au XVIe siècle. Etienne de Flacourt, gouverneur de Fort Dauphin, écrivait en 1653 : "Il y a quantité de chiens qui sont petits, ont le museau long et les jambes courtes comme des renards. Il y en a quelques-uns qui sont blancs. Ils ont été engendrés par des chiens venus de France et sont restés (...). Ils ont les oreilles courtes."

Des amours de tous ces chiens, naquit notre petite boule blanche qui se distingua bientôt par sa robe à la texture cotonneuse, laquelle lui valut la première partie de son nom. Quant à la deuxième, il la doit à son fief : Tuléar, aujourd'hui Toliara, n'étant autre que la ville côtière où la "race" s'est développée.

Bébé Coton ne naît pas nécessairement tout blanc. Il peut présenter des taches champagne, marron ou noir qui, généralement, s'éclairciront à l'âge adulte pour laisser quelques traces orange ou cendrées, notamment aux oreilles.

Les Cotons "made in Belgium" ne laissent pas à désirer. Ni sur le plan de la conformité physique, ni sur celle du caractère.


Et, du caractère, il n'en manque pas. C'est assurément un original et, malgré sa taille modeste (entre 27 et 30 cm pour le mâle, et 22 à 27 cm pour la femelle), il montre une robustesse à toute épreuve. Tout un chacun vous le dira, c'est un vrai sportif, très endurant, apte à suivre n'importe quel fana de la course à pied. Il en est qui se dépensent et se distinguent sur les parcours d'agility ; d'autres qui accompagnent leurs maîtres sur les pistes de ski, et le fait d'être né sous les tropiques n'interdit pas à la race de supporter les rigueurs de l'hiver.

Qu'on se le dise, exubérant, dynamique, infatigable, le Coton de Tuléar aime bouger.

D'une bonne humeur perpétuelle, le Coton est un gai luron, espiègle et taquin.

"Il adore qu'on s'occupe de lui, qu'on le caresse, qu'on le prenne dans les bras", dit une éleveuse. Notons aussi que cet inconditionnel des relations humaines est de surcroît observateur et curieux.

N'en doutez pas, notre joyeux drille est un chien d'agrément très attachant, y compris avec les enfants. Ainsi ai-je entendu dire qu'à Madagascar, les Cotons fréquentaient avec assiduité les cours de récréaction.

Il est également l'ami du chat. Peut-être parce qu'ils ont bon nombre de points communs...

Quant à sa toison... pas de panique ! Pour le "propriétaire moyen", un à deux démêlages hebdomadaires à la brosse et un coup de peigne quotidien suffisent à maintenir en bon état sa fourrure. Pour plus de détails sur le toi lettage de notre petit Coton, un feuillet est disponible au Club Belge du Coton de Tuléar au Tél. : *32 (0) 4.387.42.67 ou via notre page contact.